Masques barrières, on se pose des questions

Coucou les perles,

 

Petit article un peu différent mais on se pose tous des questions, en tout cas je m’en suis posée des tas au sujet de ces fameux masques barrières.

Le déconfinement se rapproche, ou pas, on ne sait pas si on devra en porter même si beaucoup souhaitent en porter,avec ou sans obligation.

 

Mais pour qu’il soit efficace, il y a des points à vérifier.

 

On voit des tas de tutos, des tas de patrons, des tas d’astuces, … mais qu’est ce qui est bon et qu’est ce qui ne l’est pas ?

Il faut revenir au commencement. Je vous préviens tout de suite cet article risque d’être long mais il va permettre de revoir les choses et surtout n’hésitez pas à le compléter avec les informations que vous avez.

 

D’où est né cette frénésie du masque barrière ?

Depuis l’apparition du covid 19 dans notre pays, un soucis majeur s’est présenté à tous : le manque de masques de protection. Par obligation, et je trouve cela normal en soi, les masques type FRP2 sont destinés au personnel soignant et donc qui est le plus concerné par le risque d’infection en étant en contact direct avec des personnes malades.

Mais malheureusement, la pénurie a été si forte qu’est né le premier prototype de masque barrière, sauf erreur de ma part, du moins le premier que j’ai vu a été fait par le CHU de Grenoble (je ne mettrais pas le tuto ni le gabarit, vous comprendrez par la suite).

Bien qu’il n’a pas été conseillé au départ, le masque barrière n’a pas été écarté des solutions alternatives. Il ne concerne n’ayant moins pas le personnel soignant mais le grand public. Ce qui ne signifie pas que vous pouvez en faire don en priorité au personnel soignant pour leur déplacement domicile lieu de travail mais ils ne sont pas destinés pour l’exercice de leur fonction au sein des établissements de santé.

Pourquoi on en parle tant ? Parce que des études disent que si 50% de la population porte un masque, on ralentira considérablement la propagation du virus, si 80% le porte il disparaîtra (mais l’étude semble être tourné autour du masque chirurgical et non barrière).

Qu’est ce que le masque barrière ?

Avant tout chose, le masque en tissu n’est pas un dispositif médical. Il permet de compléter les gestes barrières déjà existant et qui sont entrés et ancrés dans nos vies.

covid 19 gestes barrière

 

Il est destiné au grand public et en particulier à toutes personnes saines ou asymptomatiques n’entrant pas en contact avec une personne malade. Ce qui signifie que ce masque N’EST PAS destiné au personnel soignant s’occupant de personnes atteinte du covid 19 (je me répète mais c’est important).

Il a pour vocation de constituer une barrière protectrice contre une éventuelle pénétration virale dans de la zone bouche et nez de la personne le portant ou d’une personne à proximité.

Il a pour vocation de protéger cette zone d’un contact des mains.

Il ne doit pas être porté plus de 4h (si il est humide vous pouvez le remplacer avant) et doit être nettoyé à 60° pendant un cycle de 30 minutes minimum. Il est important de bien le sécher et il est conseillé de le repasser à la vapeur.

 

Tous les masques barrière se valent ?

 

La réponse est non !

Attention, je vais faire la critique de masques suite aux tests effectués mais je ne critique en aucun cas ceux qui les ont conçus et ceux qui en sont à l’origine. Sans eux, il se peut que personne aurait pensé à cette alternative et que tout ce qui en suit ne serait jamais arrivé.

Il y a eu plusieurs modèles de masques proposés, que ce soit sous formes de gabarit, tutos ou autre.

Le masque barrière pour être efficace doit répondre à plusieurs exigences.

Il doit :

  • couvrir parfaitement la zone nez, joues, menton en assurant une étanchéité suffisante avec l’atmosphère extérieure
  • il doit pouvoir être ajusté étroitement autour de cette zone par l’utilisateur à l’aide du jeu de brides.
  • il doit permettre une bonne respiration. Il existe un tableau spécifique présentant les types de masques et en particulier les matériaux permettant de valider ce point.
  • Les matériaux utilisés ne doivent pas présenter de risques connus d’irritation de la peux et ne doivent pas comporter des substances nocives.
  • Le masque ne doit pas comportere un danger ou une nuisance pour l’utilisateur.
  • Les brides doivent être solides. Il ne faut pas utilisé d’agrafes (chose qui peut vous paraître logique mais il existe des tutos avec agrafes ! )

Il existe à ce jour deux types de masques validés (cela ne signifie pas que d’autres ne sont pas bon), le masque type « bec de canard » et le masque « à plis ».

 

Vous pouvez retrouver les gabarits en téléchargeant le guide

Le masque du CHU de Grenoble n’est malheureusement pas aussi protecteur qu’on ne le pensait. Il ne faut absolument pas de couture sur la partie du masque qui protège le visage. Pas d’inquiétude pour ceux qui en ont fait, à l’époque on ne le savait pas, on a tous fait de notre maximum pour aider à notre échelle et c’était quand même mieux que rien.

 

Pour ce qui concerne les matériaux conformes, il s’agit des matériaux qui ont passé les tests, vous pouvez utiliser ces combinaisons :

  • coton / viscose / coton
  • coton / coton (seulement pour le masque à plis)

 

Vous pouvez retrouver toutes les informations sur le site AFNOR.

 

Pour ma part, je me suis mise en relation avec la DGE afin d’avoir des renseignements complémentaires. Je ferais une mise à jour de l’article dès leur retour.

 

N’oubliez pas que le masques barrière ne dispense pas des mesures barrière déjà existantes. Il ne permet pas de « sortir plus », il ne dispense pas de la distance entre vous et vos interlocuteurs.

Il ne faut en aucun cas arrêter les gestes barrières et il faut se protéger au maximum.

Où se procurer un masque barrière ?

La méthode la plus simple et si vous disposez du matériel (on peut les coudre à la main) est de le faire soi même.

Si vous êtes professionnels de la santé, vous pouvez demander un don notamment dans les nombreux groupes facebook créé spécialement pour celà. Certains groupes donnent également des masques aux personnes travaillant dans les grandes surfaces et tout autres métiers « indispensables ». N’hésitez pas à vous rapprocher d’eux.

Pour les autres personnes ne pouvant s’en faire, il y a des personnes qui en vendent. Pour ma part, je refuse d’en vendre pour plusieurs raisons (bien qu’au départ, je souhaitais le faire afin de financer le matériel pour en mettre à disposition aux associations telles que les restos du coeur, le secours populaire, … pour les bénévoles et les adhérents).

Il faut savoir que vous en trouverez de tout prix (de 1€ symbolique à 37€ le masque). Le prix plus élevé ne signifie pas qu’il est plus efficace bien au contraire (quand on se balade sur les groupes de créateurs, on a la guerre des prix avec les créateurs pro déclarés et les non déclarés et le soucis des prix plus attractifs, car pas de charges et les plus élevés qui prennent en compte les charges).

Dans le cas des masques, il faut savoir que les modèles validés par l’AFNOR doivent comporter la mention Masque barrière AFNOR SPEC S76-001:2020. 

La confection des masques et la vente doivent rester dans la continuité du mouvement solidaire. Ils peuvent être vendus mais au prix de revient. C’est pour cela que vous trouverez des masques très abordables à petit prix et des masques tout aussi efficace à prix (à mon avis) excessif.

Attention les masques doivent comporter l’étiquette avec les coordonnées de l’entreprise les ayant fait (en principe devant en haut a droite ) et doivent être emballés de façon à protéger de toute détérioration.

 

 

Voilà, je pense avoir répondu à quelques questions que j’ai reçu de la part de personnes qui en recherchaient. Je vais compléter le post avec les données que je recueille.

N’hésitez pas à mettre en commentaire les informations que vous avez également.

Restez chez vous

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.